Stress et Burn-out

 

Youtuber 2838945 960 720

 

Le stress a été défini en 1936 par Hans Selye, biologiste canadien comme « la réponse de l'organisme à toute sollicitation tant interne qu'externe ». C’est un syndrome général d’adaptation. Face au stress, la réaction de chacun varie en fonction de sa structure, son histoire, sa culture, son éducation et des événements vécus au cours de sa vie. Nos réactions sont donc différentes face aux mêmes agents stresseurs.

Il y a plusieurs stress : le bon stress, c’est celui est agréable, qui fait plaisir, celui qu’on aime et qui nous stimule. Le mauvais stress, lui est désagréable, il est source de déséquilibre, de troubles psychosomatiques et de maladies d’adaptation. 

"Ce qui est important, ce n'est pas ce qui nous arrive mais la manière dont on le prend" - Hans Selye

Les principales sources de stress sont : le rythme de vie moderne, la poursuite du temps, la société, la famille, certaines périodes de la vie, l’hygiène de vie et le travail.

En ce qui concerne le stress au travail, les organismes tels que l'Institut National de la Recherche Scientifique (INRS), la Caisse Régionale d'Assurance Maladie (CRAM) et l’Agence Nationale pour l'Amélioration des Conditions de Travail (ANACT) préfèrent le terme de risques psychosociaux à ceux de stress et souffrance au travail. En 2003, la commission universitaire pour la santé et la sécurité au travail romande a défini les risques psychosociaux comme les « risques rencontrés dans la sphère professionnelle pouvant porter atteinte à la santé mentale des individus, voire à leur intégrité physique et ayant les causes suivantes : le sentiment de responsabilité éprouvé dans le travail, l’organisation et les conditions d’exercice du travail, les exigences d’attention qu’il requiert ou encore les relations entre des personnes et les tensions susceptibles d’en découler ».

Depuis une trentaine d’années, le terme burn-out est constamment évoqué. Mais qu’est-ce-que le burn-out ?

Pour Christina Maslach**, psychologue américaine spécialisée dans les domaines de l'épuisement et le stress au travail, « le burn-out relève d’une incapacité d’adaptation à un niveau de stress émotionnel continu. C’est un syndrome qui se caractérise par un épuisement émotionnel, une dépersonnalisation et une diminution de l’accomplissement personnel pouvant se développer chez des personnes travaillant dans le secteur de l’aide aux personnes ».

Les conséquences individuelles du stress et du burn-out sont multiples.

Au niveau émotionnel - Il y a, tout d’abord une menace au niveau de l’équilibre émotionnel (changement d’humeur, tristesse, irascibilité), et des affects dépressifs avec sentiment de culpabilité et de honte, anxiété et angoisse.

Au niveau comportemental - 
On constate une inefficacité de l’activité avec un ralentissement moteur et une augmentation des erreurs, mais aussi isolement, absentéisme, agressivité, diminution des loisirs et parfois addictions.

Au niveau physiologique - De nombreux dérèglements apparaissent tels que troubles du sommeil, troubles musculo-squelettiques, maladies cardio-vasculaires, troubles de la sexualité, réduction des défenses immunitaires, plaintes somatiques, troubles digestifs, douleurs diverses et fatigue chronique.

Au niveau cognitif - 
Le burn-out entraine une baisse des performances intellectuelles, des difficultés d’apprentissage, des pensées rigides et une perte du sens du travail et des objectifs.

Comment mieux gérer le burn-out ?

De nombreux ouvrages donnent des réponses individuelles comme, par exemple, pratiquer des activités sportives, marcher, dormir, pratiquer des activités relaxantes (sophrologie, yoga, Tai-Chi), libérer les tensions, faire l’amour, consulter un thérapeute, participer à un groupe de parole, apprendre à dire non et écouter de la musique. Parmi ces multiples exemples, nous retiendrons les activités relaxantes car la sophrologie en fait partie.

La sophrologie permet d’accompagner les personnes qui souffrent de stress et burn-out. Elle agit pour une meilleure régulation corps-mental. Elle apprend à mieux respirer, à apaiser les tensions, à gérer des émotions, comme la colère, etc. Pratiquer des pauses détente sophrologique permet de mieux gérer le stress et la charge de travail demandée. La sophrologie apprend aussi à évacuer le négatif et à renforcer le positif. Les techniques de sophrologie (respiration, relaxation dynamique, exercices sur les 5 sens, méditation) sont particulièrement bénéfiques pour la gestion des risques psychosociaux.